Le Tricyclab: le véhicule

À la fin des années 1970, ma mère s’est acheté un tricycle. Elle s’en est finalement assez peu servi, car il ne roulait pas très bien. Défaut de fabrication de l’exemplaire en question d’après ma mère, défaut de conception du modèle d’après mon frère, plus sévère. Puis, la famille a déménagé au bout d’un long sentier non goudronné, en forte pente, caillouteux, raviné par les incessantes pluies de la région (qui ne se reconnaîtra pas, persuadée qu’elle est de ne pas être pluvieuse), bref impraticable pour nos lourds vélos (et tricycle) de ville. Ils ont fini entreposés dans un grenier où ils ont rouillé et rouillé et rouillé (qui dit pluvieuse, dit humide)…

tricycle1
Il a connu des jours meilleurs, c’est sûr

Un jour, je me suis dit qu’il fallait en finir, soit le faire revivre, soit s’en débarrasser. Mais qui voudrait d’un tricycle tout rouillé? Le donner, c’était le condamner à la benne. Alors, j’ai fait le pari d’en faire quelque chose. Mais quoi? Et pourquoi pas un mini-fablab nomade? Et quand je me suis inscrite au DU, je me suis dit que le moment était venu de passer des paroles aux actes.

tricycle2

Il me faudra donc d’abord le retaper: nettoyer et traiter la rouille, changer les pneus, graisser les chaînes, vérifier les freins, etc. Mais aussi voir enfin où se trouvait le défaut initial et s’il peut être réparé.

Puis il me faudra l’aménager d’une structure pour transporter et exposer le matériel nécessaire. Exit la malle et le panier en grillage à revêtement epoxy. Je les remplacerais bien par une malle et un panier en osier tressé de mes propres mains (la vannerie est une de mes passions) s’il s’agissait d’un autre usage, mais là, il me faudra réfléchir à un autre type de structure plus adaptée.

Enfin, il me faudra l’équiper. Obtenir ou fabriquer les machines et appareils qui serviront aux animations.

 

Bref, c’est pas gagné. Mais avant d’attaquer, faisons connaissance avec le bestiau.

Pashley_Picador
Nettement plus pimpant que le mien, j’avoue!

Il s’agit d’un tricycle modèle Picador. Pourquoi ce nom hispanique, voire tauromachique? Je l’ignore. Pourtant, on ne peut pas faire plus british que les cycles Pashley, fondés en 1926 à Stratford-upon-Avon, ville anglaise plus connue pour être le lieu de naissance de Shakespeare. Ils existent encore et ont toujours une usine sur place, même si aujourd’hui ils ne peuvent plus s’enorgueillir d’une fabrication 100% « made in UK », car certains composants ne sont plus trouvables sur place. Ils ont survécu à la vague mountain bike, qui a coulé nombre de leurs collègues, et surfent maintenant sur la tendance rétro avec leur catalogue délicieusement suranné. C’est d’ailleurs amusant de voir qu’ils sont revenus à un logo très vintage alors que dans les seventies ils avaient des logos dans l’air du temps. On ne s’étonnera pas de trouver leurs productions en bonne place lors des Tweed Run et autres Béret baguette ou Anjou vélo vintage.

[ajouter photo logos]

Le tricycle Picador (3 vitesses) date des années 1960 et il est toujours à leur catalogue, ainsi qu’un autre tricycle pour adultes, le Tri-1 (7 vitesses ou pignon fixe au choix, existe en version pliable). Mon tricycle est identique au Picador vendu aujourd’hui, mais a en plus un panier devant qui n’est plus disponible même en option. Il coûte dans les 745 livres sterling (prix neuf) de nos jours, mais on en trouve facilement d’occasion, du moins sur les sites britanniques, où on peut s’apercevoir que l’ajout le plus habituel est celui de deux sièges enfants dos à la route à la place de la malle arrière.

picador1960s
La mini-jupe, tenue indispensable pour faire du tricycle

Ma mère m’a dit avoir retrouvé (et aussitôt égaré) le mode d’emploi d’époque du tricycle. Je ne manquerai pas de le scanner et de le rajouter ici dès que je l’aurai. En attendant de le recevoir, je parcours la fiche technique sur le site.

Je note aussi le gabarit des roues et des pneus (20″ wheels, alloy rims, 1 3/4″ Schwalbe tyres), en supposant qu’il soit resté le même en 40 ans, car je me demande si ces pneus vont être faciles à remplacer sans avoir à les commander en Grande Bretagne.

Plus loin, je lis que la charge maximale est de 110 kg (cycliste) + 25 kg (malle), voire 32 kg d’après une autre source. Aïe, ce n’est pas énorme!

Car voilà, Pashley Cycles a un troisième tricycle dans son catalogue, le Loadstar, mais c’est à la rubrique Carriers cycles qu’on le trouvera. En effet, Pashley Cycles est réputé pour ses vélos de travail, ses vélos porteurs pour livreurs de journaux, facteurs (ils ont été fournisseur officiel de Royal Mail), marchands de glaces…

Et ce Loadstar porte bien son nom, car il a une capacité de portage de 220 kg! Tout comme le triporteur Classic nº 33: avec son parasol en option, on le dirait tout droit sorti de la série télé Le Prisonnier. Bonjour chez vous! Il peut porter 200 kg lui aussi, en combinant la capacité avant et arrière. C’est ça qu’il me faudrait pour mon micro-fablab nomade, du costaud, et pas mon tricycle de ville rachitique! Bon, on va voir comment ruser… Je crois que je vais devoir m’inspirer des principes de la marche ultra légère pour équiper mon lab. Un nouveau défi en perspective!

Et pour clore mes recherches, je découvre qu’on peut y ajouter une assistance électrique. Ce ne sera peut-être pas du luxe. À voir…