Le Tricyclab: l’aménagement

Les contraintes de poids maximal limité à 35 kg font que j’abandonne mon idée initiale d’un meuble en contreplaqué découpé à la laser.

À la place, une structure en tubes aluminium comprenant une malle en bas surmontée d’une étagère ou deux et d’un toit. Je visualise l’ensemble comme un parallélépipède rectangle.

[DESSIN À VENIR]

D’abord la malle en bas (une armoire avec des portes serait plus pratique pour les animations, mais plus risqué pour le transport).

Puis, au-dessus de la malle, un espace d’où on tire des tablettes escamotables: 2 vers l’arrière du tricycle, 2 au-dessus des roues. Avec 4 tabourets pliables, cela fait les 4 postes de travail pour l’atelier électronique.

Une autre solution qu’il me plairait bien d’essayer, c’est de concevoir 4 mallettes qui s’accrocheraient à la structure de l’ « étagère » et dont le couvercle en s’ouvrant formerait la tablette sur laquelle s’appuyer pour travailler. Ce qui veut dire que le reste de la mallette se retrouverait à la verticale. Pour ne pas tomber, son contenu serait donc rangé dans des petites boîtes qui, une fois la mallette à la verticale, s’ouvriraient comme des tiroirs.

[DESSIN À VENIR]

Au-dessus de l’espace où les tablettes s’escamotent, une étagère où serait posée l’imprimante 3D multifonctions pour les démonstrations. Pendant le transport, elle, avec le reste du matériel, serait rangée dans la malle et l’espace resterait libre pour y ranger les tabourets pliants, les tapis de sol et la bâche.

Au-dessus de l’étagère, un toit pour protéger l’imprimante. Une bâche légère (là je m’inspire du poncho-tarp de Pierre et Josyane) le compléterait. Il faudrait prévoir des baguettes pour la tendre au-dessus des 4 postes de travail et les protéger ainsi du soleil et d’une pluie légère.